Les troubles du comportement alimentaire (TCA)

Les troubles du comportement alimentaire (TCA) sont des problématiques complexes et multifactorielles caractérisées par des croyances, des attitudes et des comportements excessifs envers les aliments et le poids.

Les troubles du comportement alimentaire :

 

Anorexie

L’anorexie se caractérise par une phobie d’engraisser et le refus de maintenir un poids considéré « normal ». Une importante distorsion de l’image corporelle, de la silhouette, de la forme et de la taille du corps est présente chez les personnes touchées. Le contrôle de l’alimentation et du poids devient une obsession au détriment des autres sphères de vie (travail, famille, amitiés, relations amoureuses, etc.).

 

Boulimie

La boulimie se caractérise par des épisodes de crises alimentaires* suivis de comportements compensatoires. Les crises de boulimie sont accompagnées d’un important sentiment de honte, de culpabilité et dégoût à la suite de la perte de contrôle. Les personnes vivant une problématique de boulimie ont généralement un poids considéré normal, mais éprouvent néanmoins une préoccupation constante à l’égard de leur poids et de la forme de leur corps.

*Une crise alimentaire se définit par l’absorption rapide d’une grande quantité de nourriture dans un court laps de temps accompagnée d’un sentiment de perte de contrôle.

 

Hyperphagie

L’hyperphagie se caractérise par des épisodes de crises alimentaires* vécus dans la honte et la culpabilité. Contrairement à la boulimie, les crises alimentaires ne sont pas suivies de comportements compensatoires. Les personnes qui vivent une problématique d’hyperphagie sont souvent considérées comme en surpoids ou obèses, ce qui engendre une stigmatisation culturelle via à vis leurs corps. C’est le seul trouble du comportement alimentaire qui touche presque autant les hommes que les femmes.

* Crises alimentaires associées à au moins 3 des caractéristiques suivantes :
1 . Manger beaucoup plus rapidement que la normale
2 . Manger jusqu’à éprouver une sensation pénible de distension abdominale
3 . Manger de grandes quantités de nourriture en l’absence d’une sensation physique de faim
4 . Manger seul-e parce que l’on est gêné-e de la quantité de nourriture absorbée
5 . Se sentir dégoûté-e, déprimé-e ou coupable après avoir mangé

 

Les troubles du comportement alimentaire non spécifiés :

 

Bigorexie

La bigorexie se retrouve généralement chez les culturistes et les personnes qui pratiquent des sports de haut niveau. Les individus touchés ne se trouvent jamais assez costauds et perçoivent leur musculature comme étant trop peu développée en raison d’une distorsion de l’image corporelle. Les personnes touchées par cette problématique s’entraînent de façon excessive et développent une obsession de l’alimentation dans le but d’augmenter leur masse musculaire et de diminuer leur masse adipeuse. Des médicaments, des produits de musculation et des stéroïdes peuvent également être utilisés pour parvenir à modifier le corps.

 

Orthorexie

L’orthorexie se caractérise par un contrôle obsessif de la qualité des aliments ingérés et une rigidité alimentaire. Les personnes vivant une problématique d’orthorexie suivent un régime strict uniquement composé d’aliments qu’elles considèrent comme sains et bons pour la santé au détriment du goût et du plaisir de manger. Il s’agit d’un phénomène de plus en plus visible que l’on peut associer à la place très importante accordée à la saine alimentation dans la culture actuelle, au détriment de l’écoute des besoins du corps. Contrairement aux autres troubles du comportement alimentaire, des enjeux concernant l’image corporelle ou l’obsession du poids ne sont pas nécessairement présents.

 

Obsession du corps

L’obsession du corps se caractérise par une préoccupation excessive concernant le corps et l’alimentation. Les personnes touchées vivent une insatisfaction profonde par rapport à leur apparence et utilisent différents moyens pour la modifier. L’obsession du corps n’est pas un trouble du comportement alimentaire, mais elle précède souvent son apparition, ce qui justifie l’importance d’aller chercher du soutien lorsqu’elle se manifeste.

L’approche d’Arrimage Estrie aux troubles du comportement alimentaire : le rétablissement

Le rétablissement est basé sur la singularité qu’est l’expérience de vivre un trouble du comportement alimentaire (TCA). Le rétablissement renvoie au processus unique qu’implique de vivre, au plan personnel et social, avec ou à la suite d’un TCA. Il implique d’affronter autant les obstacles (préjugés sociaux, manque de services, etc.) qu’à surmonter les contraintes exercées par la maladie (Bilodeau, 2005). Le rétablissement est avant tout un projet « sur mesure » en regard des caractéristiques de la personne, celles de son environnement, à la lumière de ses désirs, ses aspirations, ses forces, ses possibilités ainsi que les ressources et les opportunités de son environnement. Il ne vise donc ni une rémission des symptômes ni un retour à la vie « avant le TCA ». Misant sur l’espoir, le rétablissement s’inscrit dans une démarche de réflexion et de conscientisation face au TCA au plan personnel et social (Dorvil, 2009). (1)

Source : (1) Ordre des travailleurs sociaux et des thérapeutes conjugaux et familiaux du Québec. L’intervention sociale individuelle en santé mentale dans une perspective professionnelle : Énoncé de position. Montréal, 2013, 39 pages.